monarque

 

Depuis environ 150 millions d’années, des milliers de petites créatures colorées parcourent le globe à la recherche de succulents nectars : les lépidoptères ou papillons.

En dehors de l’Antarctique, il n’existe aucune région du monde où personne n’a vu de papillons. Il en existe plus de 220 000 espèces différentes mais presque toutes ont coévolué avec les plantes à fleurs. Ces dernières leur offrent le précieux nectar et en échange, les lépidoptères transportent le pollen vers de nouvelles contrées.

papillons

La quasi totalité des espèces de papillon est étroitement liée avec une espèce de plante. La plupart de ces plantes ont évolué de telle sorte que seule une espèce de papillon puisse accéder à son nectar. Et pour être sûre qu’en échange ses partenaires transportent bien son pollen, chacune d’entre elles aura pris la peine de développer un ingénieux système.

 

Fleur_de_pommier

 

Si un papillon veut goûter à son nectar, il n’aura d’autre choix que de s’avancer vers le coeur de la fleur, là où repose le pollen. Pour cela, il devra en partie se faufiler derrière le pistil et les étamines (qui fabriquent le pollen) de la fleur qui viendront frotter la partie supérieure de son corps, en particulier les ailes. Certaines plantes ont par exemple créé un mouvement de bascule, d’autres un virage serré à emprunter.

 

 

 

Pistil

Pistil

 

Pourquoi ce lien exclusif entre les papillons et les plantes ?

 

essaim-monarques-migration

Essaim de papillons monarques en migration

 

Tout simplement pour garantir leur évolution. En ne se concentrant que sur une seule espèce de papillon, la plante ne se perd pas dans de vaines tentatives pour attirer des pollinisateurs. Elle sait de quelles couleurs elle doit se parer pour taper dans l’oeil de ses papillons préférés et est donc sûre d’être visitée. De l’autre côté, les papillons savent quelle odeur suivre pour trouver du nectar à coup sûr sans rencontrer de concurrence.

Mais il existe aussi des liens meurtriers entre les papillons et les plantes. La passiflore par exemple, est victime de l’Heliconius depuis bien longtemps.

Heliconius

 

passifloresAfin de nourrir leurs larves, les papillons de l’espèce Heliconius les déposent sur les feuilles de la passiflore. À leur naissance, les larves se mettent à dévorer la plante jusqu’à ce qu’il ne reste plus aucune feuille. Pour se défendre, la passiflore développa un poison pour tuer les larves de papillons. Mais ces derniers répliquèrent en synthétisant de l’antipoison. La passiflore commença alors à modifier la forme de ses feuilles pour duper ses assaillants mais le stratagème ne marcha qu’un temps. Alors la passiflore se mit à changer la couleur et la forme de ses feuilles plus souvent, chaque fois qu’elle était démasquée à nouveau par les Heliconius. Mais comme ce n’était visiblement pas la meilleure solution, elle se mit à créer une nouvelle illusion en marquant ses feuilles de points parfaitement alignés pour faire croire aux papillons que la place était déjà prise et que celle-ci portait les oeufs d’un congénère.

 

Passiflore grimpante

Passiflore grimpante

 

Chaque espèce de papillon est si différente des autres que chacune d’entre elles a développé ses propres relations avec les plantes, mais aussi ses propres stratégies, ses propres formes, ses propres couleurs et ses propres ailes.

 

monarques

 

Il y aurait beaucoup de choses à dire rien que sur leurs ailes. Ce sont de véritables merveilles de la nature, des outils de pointe pour voler pendant des jours, séduire un partenaire ou faire fuir un adversaire. D’une espèce à l’autre, elles sont si différentes. Certaines se parent de motifs servant à terroriser l’ennemi, d’autres sont incroyablement colorées et parfumées et servent à séduire. Leurs formes, leurs tailles et leurs écailles poudreuses changent également, même s’il existe quelques espèces qui n’en ont pas, comme Cithaerias

 

Cithaerias-esmeralda

Cithaerias esmeralda

 

Linden Gledhill, biochimiste de formation (pour une société internationale de développement biopharmaceutique luttant contre le cancer et le diabète), est aussi photographe. Son domaine favori, c’est la nature et sa beauté cachée. Parmi les différents projets qu’il a mené, il s’est intéressé aux ailes des papillons, à leur beauté et à leur délicatesse.

 

 

D’autres photographies du même auteur sur sa page Flickr.

 

Sources: Wikipédia – Encyclopedia of Life

Sources images : Jardiplante – JardinEcologiqueRemiEnVadrouille – ButterflyWings