rat-taupe nu

 

À première vue, il n’y a pas franchement de quoi envier le « rat-taupe nu » (aussi appelé rat-taupe glabre ). Mais comme toujours, la nature fait bien les choses et vous vous doutez bien que celle-ci ne s’est pas plus acharné sur cet… hétérocéphale est africain, qu’elle ne l’a déjà fait. À défaut d’un corps parfait, le rat-taupe nu (en plus, le pauvre…) détient la clé de deux secrets que les hommes voudraient bien connaitre, puisqu’ il vit  jusqu’à l’âge de 30 ans et surtout, il ne craint pas le cancer.

 

 

Aussi étrange que cela puisse paraitre, les  hétérocéphales sont des  mammifères eusociaux, c’est-à-dire qu’il se comportent comme les fourmis ou encore les termites. Ils vivent cloisonnés dans des souterrains à l’abri du moindre rayon de lumière, de toutes vibrations et courants d’air auxquels ils sont particulièrement sensibles.

Une reine joue le rôle de mère porteuse pour toute la colonie avec l’aide d’une poignée de mâles. Les autres ne connaitrons pas les joies de la reproduction. Pour ce qui est de leur taille, ils mesurent généralement entre 8 et 10 cm et pèsent entre 30 et 35 grammes (les plus gros pouvant peser jusqu’à 80 grammes). Afin de décoder l’ADN du rat-taupe nu , une équipe internationale de scientifiques a décidé de le séquencer (l’ADN, pas le rat). Il ont alors découvert combien le rat-taupe glabre était un mammifère hors du commun.

Tout d’abord, il vit 30 ans en moyenne contre 2 à 3 ans pour ses cousins le rat et la souri. Les scientifiques estiment que la branche du rat-taupe nu s’est séparée de celle du rat et de la souris il y a 73 millions d’années.

 

 

Ensuite, il se comporte étrangement pour un mammifère. Il n’est pas non plus capable de s’auto-réchauffer, c’est-à-dire que son corps ne produit pas de chaleur. Lorsque sa température chute, il est donc obligé de remonter vers la surface, où il devient vulnérable de par sa fragilité.

 

 

Pour finir, il ne craint pas le cancer, malgré le fait qu’il vivent en milieu fermé, riche en CO2 et pauvre en oxygène où la maladie peut se propager aisément. Et il n’est pas nécessaire d’insister, car même s’il vit en laboratoire et que vous lui implantez des cellules tumorales (comme l’on fait les chercheurs), l’hétérocéphales n’aura pas le cancer et vivra toujours 30 ans.

 

Sources : Science et AvenirImageImage